After dinner games, Irving Penn

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans, et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade.
Rimbaud

Je n’ai pas 17 ans – plutôt 21 – mais j’ai toujours aimé cette phrase.

Ah, j’ai tellement de choses à vous dire…

Le week-end dernier, on m’a dit « Je te trouve très intelligente… pour ton âge ». Cette phrase venait bien évidemment de quelqu’un qui m’est précieux, et qui a 4 ans et demi de plus que moi.
Ça m’a vexé, parce que cette personne a commencé son propos en me disant « Il ne faut pas que tu le prennes mal, mais… » et qu’on sait tous très bien que justement, si on commence une phrase comme ceci, on a toutes les chances de le prendre mal. C’est comme dire à quelqu’un qui est très énervé de lui demander de ne pas s’énerver : le meilleur moyen pour qu’il s’énerve encore plus.
Je suis peut-être pas très douée en maths, mais quand cette personne m’a dit cela j’avais envie de lui répliquer que ça équilibrait justement la balance : si j’étais plus intelligente que les personnes de mon âge, j’arrivais donc à son niveau.
Et puis je n’ai rien dit parce que je n’ai pas eu le courage, et je n’avais pas envie de m’embourber, sachant qu’une terrible malédiction s’est abattue sur moi lorsque j’étais enfant : je ne sais pas m’exprimer à l’oral. Je ne dirais pas que c’est une bonne fée qui s’est penchée bien malheureusement sur mon berceau mais tout simplement que c’est héréditaire, mon père ne sachant pas s’exprimer avec ses enfants et ma mère ne le sachant pas non plus, du moins en ne criant pas.
Je n’avais pas envie de m’embourber donc.
J’ai fait semblant de ne pas avoir été touchée – et je crois que sur le moment je ne l’ai pas été, puisqu’à chaque fois que l’on me dit quelque chose, je réalise toujours après que c’était pas très gentil, en fait – et puis j’avais surtout envie de me réconcilier avec cette personne, donc j’ai souri – très bonne façade, j’ai lancé une blague je crois et on a décidé de faire des oeufs brouillés – comme notre couple, m’a-t-il répliqué. Dans le mille.

Je ne sais pas m’exprimer à l’oral mais paradoxalement j’y arrive très bien.
Du moins j’ai toujours besoin de surjouer. Peut-être parce que j’ai fait du théâtre, qui sait… Ça donne donc lieu à une certaine aisance quand je dois faire un exposé devant une classe, appuyé par le fait que je prends ça comme « un exercice oral » – malgré le fait que j’ai les boyaux tordus à l’extrême par le stress. J’aime aussi beaucoup être interrogée pour lire un texte – si tant est que l’on ne m’interroge pas sur ledit texte juste après.
C’est bien sûr une autre paire de manches quand il s’agit du milieu autre qu’universitaire, au hasard, l’instance familiale ou amoureuse.
Je ne sais pas exprimer ce que je ressens, ce qui m’amène à être tout le temps faible et perdante du combat ; tout ceci agrémenté d’un très mauvais sens de l’argumentation. À part passer directement à la case insulte ou répliquer à une attaque parce que je l’avais anticipée 15 fois dans mon lit la veille au soir, je suis nulle.

Ah tiens, ce « je suis nulle », on y reviendra…

Je vous embrasse.

Publicités

A propos takeaprettywalk

"Observer la rue, de temps en temps, peut être avec un souci un peu systématique. S'appliquer. Prendre son temps... Noter ce que l'on voit. Ce qui se passe de notable. Sait on voir ce qui est notable ? Y a-t-il quelque chose qui nous frappe ? Rien ne nous frappe. Nous ne savons pas voir. Il faut y aller plus doucement, presque bêtement. Se forcer à écrire ce qui n'a pas d'intérêt, ce qui est le plus évident, le plus commun, le plus terne...[...] Continuer jusqu'à ce que le lieu devienne improbable, jusqu'à ressentir, pendant un très bref instant, l'impression d'être dans une ville étrangère, ou mieux encore, jusqu'à ne plus comprendre ce qui se passe ou ce qui ne se passe pas, que le lieu tout entier devienne étranger, que l'on ne sache même plus que ça s'appelle une ville, une rue, des immeubles, des trottoirs."
Cet article, publié dans Les écrits, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s